1. Styleforum Gives - Holiday Charity Auction 7: A Made-to-Measure suit from Lanieri

    We are very proud to present this year's edition of the Styleforum Holiday Charity Auctions, this year in support of the Ronald McDonald House Charities of Spokane (www.rmhcspokane.org). Each Auction lasts 24 hours. Please follow and bid on all the auctions.

    The 6th auction of the year is for a Made-to-measure suit from Lanieri. Please bid often and generously here

    Fok and the Styleforum Team.

    Dismiss Notice
Dismiss Notice

STYLE. COMMUNITY. GREAT CLOTHING.

Bored of counting likes on social networks? At Styleforum, you’ll find rousing discussions that go beyond strings of emojis.

Click Here to join Styleforum's thousands of style enthusiasts today!

The official thrift/discount store bragging thread - Part II (Return to the Thunderdome)

Discussion in 'Classic Menswear' started by SpooPoker, May 18, 2015.

  1. Thrift Vader

    Thrift Vader Forum Mechanic

    Messages:
    4,099
    Likes Received:
    4,893
    Joined:
    Sep 27, 2014
    Location:
    Upper East side.
    More than to be a politician.
     


  2. Hypetrain

    Hypetrain Well-Known Member

    Messages:
    98
    Likes Received:
    29
    Joined:
    Jul 31, 2015
    Location:
    Behind you.
    'MURICA
     


  3. Fueco

    Fueco Distinguished Member

    Messages:
    9,857
    Likes Received:
    11,774
    Joined:
    Mar 8, 2012
    Location:
    Front Range Freak

    And this is precisely what is wrong with politics in this country.

    Both major parties "know" they are right, and that the other side is trying to fuck over the country.
     


  4. Hypetrain

    Hypetrain Well-Known Member

    Messages:
    98
    Likes Received:
    29
    Joined:
    Jul 31, 2015
    Location:
    Behind you.
    Agreed. I want a president that will solve problems, not support a party. If you can fix our economic, social, and international issues, then I want you in the office.
     


  5. FlorianQC

    FlorianQC Distinguished Member

    Messages:
    1,710
    Likes Received:
    1,854
    Joined:
    Mar 3, 2014
    Location:
    Quebec City, Canada
    Allright you deserved it motherfuckers.

    (Québec) Il y a quelques jours, comme tant d'autres acteurs et analystes de la politique canadienne hors du Parti conservateur, le Nouveau Parti démocratique a vivement dénoncé les coûts d'une campagne électorale de 78 jours pour le trésor public. «En déclenchant des élections [dimanche], les conservateurs font grimper la facture des contribuables de centaines de millions de dollars et le coût de cette campagne pourrait totaliser un milliard de dollars», lit-on dans un communiqué du parti.


    Voyons ce qu'il en est...
    Les faits
    D'après un attaché de presse contacté par Le Soleil pour plus de détails sur le calcul, le NPD a pris pour point de départ un estimé récent d'Élections Canada, qui chiffrait à 375 millions $ la facture d'une élection de 37 jours. À cela, les recherchistes du parti ont ajouté 60 millions $ pour les dépenses que les candidats et les partis peuvent se faire rembourser par le gouvernement, pour un total de 435 millions $. Et ils ont ensuite fait une simple règle de trois : s'il en coûte tant pour une campagne de 37 jours, alors une campagne de 78 jours coûtera 78/37 = 2,11 fois plus, soit 918 millions $. Sans compter, nous indique-t-on, les crédits d'impôt pour les dons aux partis, que l'on peut présumer plus importants lors d'une longue campagne.

    Vérification faite auprès d'Élections Canada, l'estimation de 375 millions $ pour une campagne de 37 jours est véridique. Mais voilà, il n'y a pas grand-chose d'autre de fiable dans le calcul. D'abord, ce montant comprend déjà les sommes remboursées aux partis et aux candidats, ce qui signifie qu'en y ajoutant 60 millions $, le NPD a compté les mêmes débours en double.
    Pas plus de bulletins de vote à imprimer
    Ensuite, une bonne partie des dépenses publiques liées à une campagne électorale sont liées au vote lui-même et ne changent donc pas même si on allonge la campagne. Ainsi, ce n'est pas parce que les candidats sillonnent leurs comtés deux fois plus longtemps qu'il y aura deux fois plus de bulletins de vote à imprimer et à distribuer, ni qu'il faudra deux fois plus de travailleurs le jour du scrutin, ni qu'ils coûteront deux fois plus cher à former.
    Une campagne aussi longue fera assurément grimper la facture - baux plus longs pour les locaux, etc., nous dit-on à Élections Canada, mais ce ne sera vraiment pas proportionnel à sa durée.
    Le verdict
    Faux. On peut sans doute s'attendre à ce que la présente campagne soit la plus dispendieuse de l'histoire, mais elle ne coûtera pas un milliard de dollars, loin de là.

    (Québec) Il n'y a plus de plafond aux dépenses électorales. En 2011, le maximum autorisé pour un parti politique était de 49 millions $, en incluant les dépenses de ses candidats, pour cinq semaines de campagne.
    Cette année, il est de 125 millions $ parce que la campagne durera deux fois plus longtemps. L'astuce, c'est qu'un parti peut dépenser cette somme quand il le veut. Ainsi, le Parti conservateur du Canada (PCC) pourrait dépenser 25 millions $ pendant la première moitié de la campagne et il lui resterait 100 millions $ pour les cinq dernières semaines.
    La notion même de plafond des dépenses électorales a été vidée de tout son sens. Lorsqu'il a déclenché les élections, dimanche dernier, M. Harper a simplement joué le dernier acte d'une stratégie orchestrée depuis longtemps. Le premier acte fut le dépôt de la Loi sur l'intégrité des élections par le ministre Pierre Poilievre, au début de 2014.
    Lorsqu'il a présenté sa réforme de la Loi électorale, M. Poilievre a donné à ses adversaires de quoi s'occuper : une attaque contre Élections Canada, et des contraintes pour l'identification des électeurs. Cependant, pas un traître mot sur le changement qui allait pourtant avoir le plus d'impact sur la dynamique de l'élection à venir.

    Nous n'y avons tous vu que du feu.
    Un amendement, glissé dans le texte, n'avait pas mérité une ligne dans les annonces du ministre ou dans son discours aux Communes. Il disait simplement que si une campagne électorale durait plus de 36 jours, le plafond des dépenses augmenterait lui aussi dans les mêmes proportions.
    Ne restait plus qu'à ajouter quelques semaines au calendrier de la campagne de 2015 pour s'affranchir du plafond des dépenses, ce qui est chose faite depuis le déclenchement.
    Rappelez-vous qu'en 2012, le Parti conservateur avait été déclaré coupable d'avoir violé la Loi électorale pendant l'élection de 2006, avec un stratagème inand outvisant à contourner ce même plafond des dépenses. Cette défaite a eu l'impact d'une marque au fer rouge pour le parti, et elle était certainement présente à l'esprit de tous ceux qui ont travaillé au projet de loi de M. Poilievre.
    Et la même tactique est encore à l'oeuvre actuellement. Relisez les déclarations de M. Harper sur le remboursement des dépenses électorales par l'État. «Les campagnes devraient être financées par les partis, et non par les contribuables», répète-t-il partout.
    Le chef conservateur invite ses adversaires à l'attaquer sur ce front, ce qu'ils font allègrement. Mais c'est aussi un piège.
    Si on l'accuse d'étirer les élections dans le but de se faire rembourser les dépenses par Élections Canada, quel beau prétexte lui donne-t-on, dans l'éventualité où il gagnerait les prochaines élections, pour mettre fin à ce remboursement? Le parti conservateur a la meilleure caisse électorale, il pourrait fort bien se passer de ces revenus si cela pouvait épuiser les finances de ses adversaires.
    Il faut éviter de tomber dans ce piège. Le véritable enjeu est le plafond des dépenses électorales, pas le remboursement de ces dépenses par Élections Canada. Ce plafond doit être rétabli dans sa forme antérieure, sans égard à la durée de la campagne, autrement il n'a plus aucun sens.
    La démocratie repose sur des règles qui assurent l'équilibre des forces. Ces règles ont été réduites en miettes aux États-Unis après le jugement Citizens United de la Cour suprême. Le résultat est qu'aujourd'hui, 67 donateurs contribuent, à eux seuls, trois fois plus aux caisses électorales des candidats qu'un demi-million de citoyens.
    La seule façon d'éviter ce genre de dérapage est d'avoir des règles claires, et de les défendre.

    (Québec) Quelques jours après le début de la campagne électorale, seules les affiches du Nouveau Parti démocratique ornent les rues de Québec. Le déclenchement hâtif de la campagne a-t-il pris certains organisateurs par surprise? Les principaux intéressés parlent plutôt de décisions stratégiques.
    [​IMG]
    Agrandir
    Ghislain Vaudreuil désirait aider le NPD sans «être assis dans un sous-sol».
    LE SOLEIL, JEAN-MARIE VILLENEUVE
    «Pour nous, c'est important d'avoir une visibilité dès le début de la campagne», explique Marc-André Viau, directeur adjoint aux médias pour le NPD. «On a été très présents dans la région de Québec ces quatre dernières années avec notre forte députation et on veut montrer qu'on l'est encore et qu'on est prêts pour cette nouvelle campagne», ajoute-t-il. Voilà qui explique pourquoi le visage de Tom Mulcair est déjà un peu partout dans les rues de la capitale nationale.
    La hâte du NPD de poser ses affiches un peu partout dans les rues n'a rien d'anormal, si l'on compare aux précédentes campagnes électorales fédérales. C'est plutôt l'absence d'affiches avec les visages de Stephen Harper, Justin Trudeau et Gilles Duceppe qui surprend. Ce qui était auparavant un sprint pour les meilleurs emplacements pour les pancartes prend des allures de marathon.
    Au Parti libéral, on assure qu'il s'agit d'une décision calculée. «On a décidé de maintenir le calendrier qui avait été établi avant que les conservateurs précipitent le début de l'élection», explique Marie Tremblay, coprésidente du comité de campagne libéral. Les photos sont prises et les pancartes sont prêtes, assure-t-elle, mais pas question de se laisser dicter un calendrier par le Parti conservateur (PCC).

    Mme Tremblay ne craint pas, par ailleurs, que l'absence d'affiches électorales en début de campagne affecte réellement la décision des électeurs. «Il y a tellement de gens qui sont en vacances présentement. Si une personne voit notre affiche vingt-cinq fois de moins sur 2000 fois, est-ce que ça fera une différence? Je ne crois pas.
    Chez les conservateurs, qui ont pourtant choisi la date du début de la campagne, on refuse d'expliquer la raison derrière l'absence d'affiches dans les rues. «On préfère ne pas commenter sur les détails logistiques», se contente de dire la porte-parole francophone du PCC, Catherine Loubier. «Ça va arriver quand ça va arriver. Nos candidats sont actifs sur le terrain.»
    L'effet du Web
    À l'ère des médias sociaux, la hausse du budget accordé à l'affichage Web pourrait-elle expliquer une baisse dans l'affichage traditionnel? Pas selon les partis sondés.
    Chaque candidat est autonome dans ses décisions, explique la libérale Marie Tremblay. «Mais je n'ai jamais entendu parler de réduire l'affichage sur la rue. C'est important d'utiliser les nouveaux médias, mais la formule traditionnelle est encore efficace.»
    Une position qui semble rejoindre celle du néo-démocrate Marc-André Viau. «C'est sûr qu'il faut maintenant utiliser toutes les plates-formes. Il faut exploiter tout autant l'affichage traditionnel que les médias sociaux.»

    Qui? Où? Comment?

    Pour le commun des citoyens, les affiches électorales apparaissent un peu partout le long des rues du jour au lendemain. Qui les pose? Comment? Le Soleil a suivi deux bénévoles, mardi soir, à la chasse aux meilleurs poteaux de Limoilou où accrocher les pancartes du NPD.
    À l'arrivée du Soleil au point de rendez-vous, devant l'entrée du domaine Maizerets, Ghislain Vaudreuil est déjà à quelques mètres du sol sur son escabeau. Il tente tant bien que mal d'installer sur un poteau téléphonique une immense pancarte de quatre pieds par quatre pieds avec d'un côté le visage de Tom Mulcair, de l'autre celui du député de Beauport-Limoilou, Raymond Côté.
    «C'est la première que je pose à vie, ça a de l'allure!» lance-t-il après s'être battu avec l'affiche électorale pendant une quinzaine de minutes.
    Si le résident de Limoilou, qui ne se décrit pas comme un militant du NPD, a décidé de donner de son temps, c'est qu'il apprécie le travail du député local, Raymond Côté. «J'avais écrit à son équipe pour leur dire que je serais heureux de les aider parce que je trouve que M. Côté est bon pour la communauté d'affaires et le communautaire à Limoilou [...]. Mais je ne voulais pas être assis dans un sous-sol.» Il a été entendu qu'il aiderait avec les affiches, tant qu'on le prévenait au moins 24 heures d'avance.
    La pose des pancartes est bénévole. M. Vaudreuil est passé au garage d'un des membres de l'organisation locale du NPD avec sa minifourgonnette, mardi. On lui a remis 14 pancartes de tailles diverses, des attaches en plastique et une feuille indiquant les intersections du secteur D'Estimauville où chaque affiche doit être posée.
    poseur autodidacte
    Pour le reste, Ghislain Vaudreuil apprend à poser des affiches par lui-même, aidé d'un ami recruté pour l'occasion. Il s'est vêtu d'un gilet à bande fluorescente et d'une ceinture d'arboriculteur pour s'attacher aux poteaux dans lesquels il monte. C'est que l'obscurité tombe rapidement. La pose a commencé à 19h30, mais durera plusieurs heures.
    On lui a uniquement donné deux consignes. D'abord, placer les pancartes à des endroits visibles, mais qui n'obstruent pas la signalisation. «Ils m'ont aussi dit de mettre les attaches à l'intérieur pour qu'on ne les voie pas.» Sa technique de pose se raffine au cours de la soirée. Il a décidé de mettre les pancartes assez haut pour ne pas qu'elles soient à la portée des passants. «Si on la met trop bas, que penses-tu qu'il va arriver? Ça va prendre quelques jours et il va y avoir du vandalisme.»
    Des membres de l'équipe néo-démocrate de l'arrondissement vont éventuellement patrouiller le quartier, explique le bénévole, pour s'assurer que les affiches sont installées de manière stratégique et réglementaire. Guillaume Piedboeuf

    Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, somme le chef néo-démocrate Thomas Mulcair de clarifier sa position sur la construction de l'oléoduc Énergie-Est, l'accusant de changer d'opinion selon la province où il se trouve.
    De passage mardi à Vaudreuil-Dorion, à l'ouest de Montréal - une région sur le tracé de l'oléoduc -, M. Duceppe a accusé le chef du NPD d'avoir exprimé son appui pour le projet à Toronto, alors qu'il se serait prononcé contre en entrevue avec le magazine québécois «L'Actualité».
    «C'est la même question, nous devrions avoir la même réponse. Est-il pour ou contre? (...) Il doit le dire pas seulement au Québec, mais aussi dans l'ouest du pays. J'aimerais l'entendre dire qu'il est contre à Calgary», a-t-il affirmé en anglais lors d'un point de presse.
    Selon le chef bloquiste, M. Mulcair change de position pour ne pas «perdre des votes dans l'ouest». «Il est temps pour lui d'être clair. (...) Tu ne peux pas être pour et contre en même temps», a-t-il pesté.

    M. Mulcair, qui qualifiait l'oléoduc «d'option sensée» il y a près d'un an lors d'un entretien avec La Presse Canadienne, a plutôt indiqué dans le numéro du mois d'août de «L'Actualité» qu'il «ne pouvait pas approuver Énergie-Est» sans évaluation environnementale.
    Par ailleurs, M. Duceppe s'est dit convaincu que son parti pourra se relever après la défaite cuisante qu'il a subie aux dernières élections de 2011, comparant sa situation à celle du Parti conservateur qui avait été réduit à seulement deux députés en 1993.
    M. Duceppe a minimisé l'impact des dernières élections à long terme, puisque selon lui, de tels revers touchent tous les grands partis. «Le NPD a été 50 ans sans député élu au Québec et il n'a pas lâché», a-t-il lancé.
    Il a d'ailleurs assuré que son parti aurait 70 candidats dans les 78 comtés de la province d'ici les 10 prochains jours.
    Un porte-parole du Bloc québécois, Dominic Vallières, a expliqué à La Presse Canadienne que ce processus pourrait s'avérer encore plus rapide étant donné que les nominations se font plus rapidement lorsque les élections sont officiellement déclenchées en vertu des règlements du parti.
    M. Vallières a ajouté que le Bloc a bel et bien l'intention de présenter un candidat dans chacune des 78 circonscriptions québécoises. Gilles Duceppe, qui se présente une fois de plus dans Laurier-Sainte-Marie, à Montréal, sera le dernier candidat investi. Il devrait être confirmé à la fin août ou au début septembre.
    M. Vallières a précisé que le parti tiendra prochainement - possiblement à la fin du mois d'août - un Conseil général, pendant lequel la plateforme électorale et le slogan officiels seront choisis. Le slogan n'est donc pas «Ce qui se passe ici passe par nous», contrairement à l'information qui circulait dans certains médias.
    (Québec) Le candidat conservateur Gérard Deltell n'est pas tendre envers le bilan des députés néo-démocrates de la région de Québec. «Pour nous, leur bilan est nul. C'est zéro plus zéro égale zéro», tranche le nouveau porte-couleurs du parti de Stephen Harper.
    L'ex-député de la Coalition avenir Québec qui a démissionné en avril pour tenter sa chance avec le Parti conservateur n'a aucun bon mot pour les élus du Nouveau Parti démocratique (NDP) qui, estime-t-il, n'ont pas défendu la région aux Communes depuis 2011.
    Et le fait de ne pas être au pouvoir ne change rien, tranche M. Deltell.
    «J'ai été dans l'opposition et je sais qu'on peut faire avancer les choses», a-t-il dit. Le candidat bleu prend l'exemple de la route de la Bravoure dans le secteur de la base militaire de Valcartier, un projet dont il est l'instigateur.

    Les néo-démocrates n'ont-ils pas pris des positions fermes sur le port de Québec ou dans le dossier du pont de Québec? «Ils ont tapé du pied pour taper du pied», ironise le candidat conservateur dans Louis-Saint-Laurent.
    Candidat-vedette dans la région de Québec, Gérard Deltell a entamé lundi une longue campagne électorale qu'il souhaite près des gens. Une campagne qui, officieusement, est de toute façon commencée depuis qu'il a fait le saut au fédéral.
    «Ça fait trois mois de demi que j'étais en campagne. Autant mettre les règles claires», dit celui qui, au moment de l'entrevue avec Le Soleil, revenait d'une rencontre avec les citoyens dans un club de pétanque de Loretteville.
    Son passage dans les troupes de Stephen Harper a en fait été si médiatisé que plusieurs personnes rencontrées ces derniers mois pensaient qu'il était déjà député fédéral.
    «On me demandait : "Pis, comment vous trouvez ça Ottawa?" Je leur répondais : "Je ne suis pas encore là!"» rigole M. Deltell au bout du fil.
    Candidats variés
    Même s'il réfute être une forme de «porte-parole» des candidats de la Rive-Nord, M. Deltell est conscient que sa notoriété, autant comme ex-journaliste que comme député provincial, font de lui un «candidat-vedette». Et qu'il risque d'être sollicité plus souvent qu'à son tour d'ici le 19 octobre? L'équipe conservatrice, assure M. Deltell, est «solide».
    «Ce que j'aime dans l'équipe, c'est que ce sont des gens de tous les horizons, d'expériences diverses.» Il souligne le retour de Sylvie Boucher, qui a l'expérience parlementaire en tant qu'ex-députée de Beauport-Limoilou et qui se présente cette fois-ci dans Beauport-Côte-de-Beaupré-Île-d'Orléans-Charlevoix. Il mentionne aussi Alupa Clarke, «un jeune articulé, intelligent», dit-il à propos du candidat dans Beauport-Limoilou.
    «On a aussi le père et le fils Jean-Pierre Asselin [Louis-Hébert] et Pierre-Thomas Asselin [Québec]», note M. Deltell. Le premier a de l'expérience en comptabilité et son garçon travaille dans les cabinets politiques à Ottawa. Gérard Deltell nomme aussi Pierre Paul-Hus dans Charlesbourg-Haute-Saint-Charles. «C'est un militaire qui, sans jeux de mots, n'en est pas à ses premières armes.»
    Enfin, son collègue dans Portneuf-Jacques-Cartier est Joël Godin. «Il a travaillé dans un cabinet de ministre. C'est un très grand défi et il fait vraiment bien ça. Il sait comment ça marche.»

    Ce qu'il a dit sur...

    Le groupe armé État islamique
    Particulièrement interpellé par les questions militaires, Gérard Deltell croit qu'il faut tout faire pour soutenir la coalition visant à combattre les djihadistes du groupe armé État islamique en Irak et en Syrie.
    «Je suis très à l'aise avec la position de notre gouvernement de lutter contre l'État islamique, cette tare internationale. Il faut l'éradiquer là ou il prend naissance.» Le candidat conservateur dans Louis-Saint-Laurent estime qu'il faut prendre tous les moyens pour «contribuer à l'effort international sous l'égide du président Obama» et non, dit-il, «tergiverser» comme ses adversaires politiques.

    [​IMG]
    Agrandir
    La candidate du NPD dans Québec, Annick Papillon, avait visité la microbrasserie La Korrigane en compagnie Thomas Mulcair, le 23 juin, dans Saint-Roch.
    PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL, ERICK LABBÉ
    Annick Papillon et le sang
    Gérard Deltell trouve que l'expression de la candidate du NPD dans Québec, Annick Papillon, qui a dit s'attendre à une bataille «sanglante» est «indigne».
    «Ces propos sont indignes d'une députée sortante. «Nous autres, ce qu'on veut faire est une campagne d'idées», a-t-il lancé en entrevue au Soleil lundi. La veille, Mme Papillon a dit à Radio-Canada s'attendre à une «bataille sanglante» en allusion à la rude lutte électorale.
    Gérard Deltell va même plus loin en soulignant une parenté lexicale entre les propos de la députée sortante et le slogan «stoppons l'hémorragie» utilisé dans une vaste campagne de l'Alliance de la fonction publique du Canada. Selon ce concept, le gouvernement Harper «saigne les services publics».
    «Les propos de Mme Papillon sont clairement inspirés par les collaborateurs syndicaux. Le jupon dépasse. Il faut qu'elle corrige le tir, c'est inacceptable», a tranché M. Deltell.

    Les priorités de Labeaume
    Foi de Gérard Deltell, des dossiers priorisés par le maire de Québec Régis Labeaume trouveront une oreille attentive chez les conservateurs. Le candidat a rappelé en entrevue lundi que le ministre sortant Denis Lebel a annoncé le 10 juillet 60 millions $ pour l'agrandissement du port de Québec. Aussi, l'Institut national d'optique (INO) qui souhaite un financement récurrent de 50 millions $ pour cinq ans ne devrait pas trop s'inquiéter.
    Quant au dossier de l'Université Laval, qui demande 30 millions $ pour un pavillon de l'Institut nordique, M. Deltell a rappelé l'expertise mondiale de Laval dans le domaine des recherches sur le Nord. L'institution a d'ailleurs reçu la semaine dernière une subvention majeure de 98 millions $ du programme fédéral Apogée.
    «Cette somme, elle ne l'a pas gagnée pas hasard, l'Université Laval n'a pas eu de cadeau, c'est amplement mérité».

     
    Last edited: Aug 6, 2015


  6. Koala-T

    Koala-T Distinguished Member

    Messages:
    3,841
    Likes Received:
    4,293
    Joined:
    Jul 27, 2013
    Location:
    Austin
    By both sides

    S'alright. It's kinda what the thread's for.


    What size is that izod set?

    Can't tell for sure, but I'm betting the wingtips are either Florsheim or Hanover

    F&S used to be good quality shoes, now they suck, hence...

    Size on both, just out of curiosity.


    Vote for Bernie
     
    Last edited: Aug 6, 2015


  7. Hypetrain

    Hypetrain Well-Known Member

    Messages:
    98
    Likes Received:
    29
    Joined:
    Jul 31, 2015
    Location:
    Behind you.

    Florian, I agree with every word you have said. It has changed my life on a deep, spiritual level :') XD
     


  8. jdrizzy

    jdrizzy Distinguished Member

    Messages:
    2,808
    Likes Received:
    3,554
    Joined:
    Nov 20, 2013
    Location:
    Canada
    More finds and less politics please
     


  9. Hypetrain

    Hypetrain Well-Known Member

    Messages:
    98
    Likes Received:
    29
    Joined:
    Jul 31, 2015
    Location:
    Behind you.
    Ok, jdrizzy is right. Lets try to focus on finds for just one day haha
     


  10. Koala-T

    Koala-T Distinguished Member

    Messages:
    3,841
    Likes Received:
    4,293
    Joined:
    Jul 27, 2013
    Location:
    Austin
    [​IMG]
     


  11. Nobleprofessor

    Nobleprofessor Distinguished Member

    Messages:
    1,460
    Likes Received:
    1,861
    Joined:
    Apr 17, 2015
    Location:
    Wichita, KS
    The Izod set is an XL. I'm a big guy and if I tried to wear the pants, they would be too big.

    I 99% sure the black shell wingtips are not Florsheim. I know Florsheims. But, I could be wrong.

    Both the shoes are 11.5B. The Tassel Loafers are on my feet as I'm typing this. And the wingtips fit me too.

    That was the one down side to finding so many of those shoes yesterday. Most of them fit me. I'm thrilled to get some shoes especially in my unusual size. But, I have WAY too many shoes and sometimes you just want to sell them! Luckily, some of them were too narrow.
     


  12. Thrift Vader

    Thrift Vader Forum Mechanic

    Messages:
    4,099
    Likes Received:
    4,893
    Joined:
    Sep 27, 2014
    Location:
    Upper East side.
    - No Comment.


    Meanwhile in Japan........ One man bows, another man bows.. and then a hot lady tells us the weather forecast.
     


  13. Koala-T

    Koala-T Distinguished Member

    Messages:
    3,841
    Likes Received:
    4,293
    Joined:
    Jul 27, 2013
    Location:
    Austin
    Keep the best and purge the old stuff to make room!
     


  14. drlivingston

    drlivingston Distinguished Member

    Messages:
    3,621
    Likes Received:
    9,060
    Joined:
    Aug 5, 2012
    Location:
    Dirty South
    Found these today. They are practically new. I did not even realize that K-Swiss did a collaboration with Billy Reid. The uppers are a weird distressed suede.

    [​IMG]

    [​IMG]
     
    Last edited: Aug 6, 2015


  15. kbadgley84

    kbadgley84 Distinguished Member

    Messages:
    3,905
    Likes Received:
    9,449
    Joined:
    Feb 3, 2014
    
    Ah you have a point
     


Share This Page

Styleforum is proudly sponsored by